Ambiances de Ramadan boulevard de Belleville

P1130539

Des envies d’Afrique du Nord?

Promenez-vous sur le boulevard de Belleville en début de soirée en ce moment même. En ces fins de journée, alors que les familles s’apprêtent à rompre le jeûne enduré tout au long du jour, surgit le côté festif du Ramadan (le mois du jeûne cette année doit se terminer dans quelques jours). Le boulevard se remplit de monde. De longues queues de familles musulmanes se forment devant les meilleures boulangeries et pâtisseries. Les traiteurs et magasins improvisent des stands et étalages remplis d’olives, dattes, boissons gazeuses, lait caillé, smen, halwa, pâtisseries nord-africaines, sandwichs et autres galettes. Quelques restaurants offrent des menus ‘spécial ramadan’, dégustés par familles entières sur les tables des terrasses qui s’étalent sur les larges trottoirs du boulevard.

Ce soir en flânant je me suis arrêtée devant un stand improvisé – devant la pâtisserie La Rose Sucrée où une vénérable dame toute voilée de blanc vous préparait, d’une main experte, sur une grande plaque chauffante, des Mhajeb maison absolument délicieux. Mhh, ce petit goût d’oignon, de cumin et de harissa! Pourquoi s’en passer?

Et pourquoi renoncer à quelques dattes, glanées quelques mètres plus loin?

 

P1130542

(Et pourquoi ne pas avoir pris de photo des stands, du boulevard? Car dès que vous sortez votre appareil, ça met la pagaille. Les gens sont farouches, ici. Soit un y va pour prendre des photos, et du coup il faut s’attendre à des questions et remarques, et se concentrer sur la séduction pour amadouer les gens pour qu’ils se laissent faire, soit on se concentre, comme moi ce soir, sur la nourriture.)

Trois casses-croûtes pour ultra-pressés à Belleville

DSC_0002

Salière en forme de tomate ou poivron. Chez Tito Burritos, rue du Buisson Saint Louis. Juin 2015.

Belleville est le paradis des repas servis rapidement et pas cher, repas asiatiques avant tout, mais aussi kebabs, brochettes nord-africaines. Mais même cette rapidité-là ne m’a récemment pas suffi.

Encore plus pressée que d’habitude ces derniers temps, je me suis souvent surprise à sortir de chez moi à l’heure du déjeuner entre deux lignes à rédiger – rapidos – pour un texte qui était à rendre la veille et – vite! – prendre un repas que je peux avaler en un minimum de temps, tout en essayant de me régaler, et de ménager mon porte-monnaie d’auto-entrepreneuse. Tout cela sainement, si possible.  Mission impossible? Voici trois expériences sympathiques qui m’ont permis de (presque) résoudre cette quadrature du cercle.

[NB Je me rends compte que j’écris ce billet à la veille d’un quatorze juillet, quand tout le monde s’en va pour, je l’espère, goûter à des repas de vacances mijotés et savourés longuement. Signe du manque de temps que j’ai eu de m’occuper de ce blog. Voisins parisiens qui lisez ce blog, au moins vous aurez les adresses toutes prêtes pour la rentrée!] Lire la suite

Viva Italia

 

L’Italie est très présente à (disons plutôt non loin de) Belleville. Le 11e arrondissement semble être le lieu privilégié d’installation d’émigrants Italiens arrivés plutôt récemment- classes éduquées en recherche de nouveaux horizons dans une Italie visiblement encore plus sclérosée que sa sorella la France. On a vu le flux s’accélérer durant les derniers mois de l’ère Berlusconi. Mais c’est tant mieux pour nous les gourmands!

 

La rue Saint Maur – plus ou moins à la à hauteur  du croisement avec la rue Jean Pierre Timbaud – accueille deux traiteurs italiens fabuleux qui se démarquent clairement des ‘traiteurs italiens’ que nous connaissons à Paris depuis des décennies. Ils ne nous proposent pas les éternelles pâtes De Cecco, antipasti huileux et autres limoncelli d’exportation bien connus. On nous offre bien plutôt des produits très frais, des fromages divins, une variété de jambons et saucisses d’excellente qualité, des vins différents des éternels Chianti, des pâtes fraîches vraiment fraîches et des marques de pâtes dures inconnues dans les circuits commerciaux traditionnels en France. Bref: ils nous servent des produits d’Italie pour Italiens exigeants.

 

L’un des magasins d’appelle Paisano, se situe au 159 rue Saint Maur (Paris 11e). Impossible de le rater car il y a une vespa dans la vitrine. Comme le nom du magasin l’indique, on nous y sert un peu le meilleur de ce que produit le secteur agroalimentaire italien.

 

L’autre est une minuscule boutique  faisant partie du réseau de la Coopérative Latte Cisternino, au 108 rue Saint Maur (Paris 11e). Leur spécialités? Comme le nom l’indique, les produits laitiers de Campanie et d’autres coins d’Italie du Sud. Revue de leur burrata ici. Mais on y trouve bien d’autres beaux produits italiens. Attentions aux horaires d’ouverture dont je n’ai pas bien compris la logique à ce jour.

 

 

Sous le signe de la cacahuète

P1130210

Cacahuètes d’un marchand ambulant. Belleville, Paris. Avril 2015. Crédit photo: Menu Belleville

 

En faisant mes courses dans ce quartier-microcosme-du-monde, je m’aperçois qu’il y a quelques produits et ingrédients qui sont communs à des cultures culinaires très diverses et parfois peu compatibles.

P1110742

Retour de courses dans Belleville, Paris. Cacahuètes, menthe, olives, fruit du dragon. Avril 2014. Crédit photo: Menu Belleville

 

Si les Musulmans et Juifs du quartier ne supportent pas la viande de porc, les Chinois et Indochinois, les Africains non musulmans et les Européens ‘autochtones’, eux, en, raffolent.

Parfois, cependant, il y a des rencontres inattendues. Lire la suite

Natures mortes de Belleville #11

P1130208

Oublions un moment les nourritures cacher, halal, surgelées-asiatiques et bio-vegan-hipster dominantes dans le quartier….Des oreilles et museaux de cochon dans une boucherie de la rue du Faubourg du Temple, fréquentée avant tout part le communauté africaine du quartier.

On n’en voit pratiquement plus de ces choses-là dans les étalages des bouchers, bien que notre vieille Europe regorge de recettes traditionnelles à base de ces parties-là du corps du cochon.