Viva Italia

 

L’Italie est très présente à (disons plutôt non loin de) Belleville. Le 11e arrondissement semble être le lieu privilégié d’installation d’émigrants Italiens arrivés plutôt récemment- classes éduquées en recherche de nouveaux horizons dans une Italie visiblement encore plus sclérosée que sa sorella la France. On a vu le flux s’accélérer durant les derniers mois de l’ère Berlusconi. Mais c’est tant mieux pour nous les gourmands!

 

La rue Saint Maur – plus ou moins à la à hauteur  du croisement avec la rue Jean Pierre Timbaud – accueille deux traiteurs italiens fabuleux qui se démarquent clairement des ‘traiteurs italiens’ que nous connaissons à Paris depuis des décennies. Ils ne nous proposent pas les éternelles pâtes De Cecco, antipasti huileux et autres limoncelli d’exportation bien connus. On nous offre bien plutôt des produits très frais, des fromages divins, une variété de jambons et saucisses d’excellente qualité, des vins différents des éternels Chianti, des pâtes fraîches vraiment fraîches et des marques de pâtes dures inconnues dans les circuits commerciaux traditionnels en France. Bref: ils nous servent des produits d’Italie pour Italiens exigeants.

 

L’un des magasins d’appelle Paisano, se situe au 159 rue Saint Maur (Paris 11e). Impossible de le rater car il y a une vespa dans la vitrine. Comme le nom du magasin l’indique, on nous y sert un peu le meilleur de ce que produit le secteur agroalimentaire italien.

 

L’autre est une minuscule boutique  faisant partie du réseau de la Coopérative Latte Cisternino, au 108 rue Saint Maur (Paris 11e). Leur spécialités? Comme le nom l’indique, les produits laitiers de Campanie et d’autres coins d’Italie du Sud. Revue de leur burrata ici. Mais on y trouve bien d’autres beaux produits italiens. Attentions aux horaires d’ouverture dont je n’ai pas bien compris la logique à ce jour.

 

 

Sous le signe de la cacahuète

P1130210

Cacahuètes d’un marchand ambulant. Belleville, Paris. Avril 2015. Crédit photo: Menu Belleville

 

En faisant mes courses dans ce quartier-microcosme-du-monde, je m’aperçois qu’il y a quelques produits et ingrédients qui sont communs à des cultures culinaires très diverses et parfois peu compatibles.

P1110742

Retour de courses dans Belleville, Paris. Cacahuètes, menthe, olives, fruit du dragon. Avril 2014. Crédit photo: Menu Belleville

 

Si les Musulmans et Juifs du quartier ne supportent pas la viande de porc, les Chinois et Indochinois, les Africains non musulmans et les Européens ‘autochtones’, eux, en, raffolent.

Parfois, cependant, il y a des rencontres inattendues. Lire la suite

Natures mortes de Belleville #11

P1130208

Oublions un moment les nourritures cacher, halal, surgelées-asiatiques et bio-vegan-hipster dominantes dans le quartier….Des oreilles et museaux de cochon dans une boucherie de la rue du Faubourg du Temple, fréquentée avant tout part le communauté africaine du quartier.

On n’en voit pratiquement plus de ces choses-là dans les étalages des bouchers, bien que notre vieille Europe regorge de recettes traditionnelles à base de ces parties-là du corps du cochon.

 

 

Biscuits et matzot de Pâque juive

Je néglige trop ce blog en ce moment: je suis simplement trop prise par le travail et par plein d’autres choses.   Aujourd’hui, entre la rédaction de deux articles pour mon boulot, je suis sortie dans le quartier pour anticiper un peu sur mes explorations culinaires prévues pour et autour de Pâques. Cette fois j’ai jeté mon dévolu sur tout ce qui est juif. Car Belleville sans les Juifs ne serait pas Belleville. Et je n’ai pas encore beaucoup parlé dans ce blog de cette dimension du quartier.

La Pâque juive a toujours lieu plus ou moins à la même période que les Pâques chrétiennes, que je fête surtout pour avoir une bonne excuse de préparer une belle viande d’agneau. Mais comme je suis à Belleville, pour varier les plaisirs cette année, il y aura des éléments de Pâque juive à la maison.  Ici, sur les photos:

  • de magnifiques et raffinées galettes à l’orange et leur boîte de la biscuiterie d’Agen, spécialisée dans les biscuits et pains azymes (soit non levés), de tradition culinaire d’Oran (Algérie)
  • des pains azymes ou matzot, obligatoires lors du Seder, repas traditionnel de la Pâque juive.

Où trouver ces produits? A l’épicerie Sabbah, qui vend des produits halal et cacher depuis 2001 (bel exemple de coexistence pacifique, tout à fait dans l’esprit tu quartier). Pour en savoir davantage sur l’histoire de l’épicerie: lire ici.

Epicerie Sabbah, 125 boulevard de Belleville, Paris 11e.

Petit curry de petits pois et carotte

Le printemps pointe son bout du nez, on voit les premières cosses de petits pois apparaître sur les étalages. J’avais envie de sortir des chemins battus avec ces jolis pois bien français:  me suis lancée dans un petit projet de petits pois épicés, histoire de faire honneur à tous mes voisins du sous-continent indien discrets mais nombreux dans ce quartier. Lire la suite

Poulet rôti aux feuilles de combava et astuces pour recettes dérivées

Les festivités du Nouvel An chinois et du Têt vietnamien sont en train de prendre fin. Pour ma part, j’ai fêté l’occasion à ma manière: en préparant un poulet rôti un peu ‘à la façon vietnamienne’ samedi dernier quand les défilés battaient leur plein à Paris et à Belleville et me suis nourrie de soupes et de préparation de riz tout au long de la semaine dernière, retravaillant les restes du bel oiseau et jouant sur des goûts et ingrédients sud-est asiatiques. Je n’ai jamais été au Vietnam, et cela me rend donc l’accès à cette cuisine un peu plus difficile. Mais à force de visiter les cantines vietnamiennes et les supérettes du quartier et de me documenter, je me suis lancée. Lire la suite

Natures mortes de Belleville #10 – Kaki séché

P1130007

C’est la saison du nouvel an chinois, et donc des petits cadeaux. Dans les supérettes chinoises du quartier, les paquets prêts-à-offrir contenant des fruits et plantes séchés et/ou confits abondent. Personnellement je n’ai pas pu résister à l’achat de kakis séchés lors d’une de mes récentes visites au nouveau et clinquant Chen Market (direct à la sortie du métro Belleville): je suis tombée sous le charme de la beauté de ce fruit, et de son emballage kitsch mais finalement très attachant….

P1130010

 

J’ai trouvé le goût de ce fruit-là un peu fade, à vrai dire. C’est certainement aussi un peu une question de qualité, je ne pense pas avoir acheté la gamme la plus élevée de ce produit, mais en même temps, les kakis frais que j’ai pu goûter n’étaient pas non plus particulièrement puissants en goût…. Mais c’est nourrissant, fortifiant, et, coupé en petits morceaux, ce joli kaki séché se consomme facilement dans un bol de céréales on un yaourt (je sais, ce mode de consommation n’est pas asiatique. Tant pis:)).

 

Pour en savoir plus sur le kaki séché, qui se pratique en Chine, au Japon et en Corée, voir le superbe reportage du site internet Le manger.